Le premier essai clinique pour soutenir la thérapie à la vitamine D pour la Covid-19

Le calcifédiol oral, le principal métabolite de la vitamine D3, a réduit l’admission aux soins intensifs de 50% à 2% chez les patients atteints de la Covid-19.

Cet article de Shin Jie Yong a été initialement publié le 4 septembre 2020 en anglais dans Medium.com.

Written by
Shin Jie Yong
Published academic author;
20 y/o neurobiology postgrad in Malaysia;
50+ curated articles on Covid;
support me at ko-fi.com/shinjieyong;
shinjieyong@gmail.com

Une étude espagnole présente enfin les premières preuves cliniques de l’utilisation de la vitamine D pour traiter la Covid-19. L’étude «Effet du traitement calcifédiol et meilleure thérapie disponible par rapport à la meilleure thérapie disponible sur l’admission en unité de soins intensifs et la mortalité chez les patients hospitalisés pour la COVID-19 : une étude clinique pilote randomisée», a été publiée dans The Journal of Steroid Biochemistry and Molecular Biology le 29 août 2020. C’est ce que l’on appelle un pilote parce que la taille de l’échantillon est encore petite, mais sa randomisation et sa conception prospective en font néanmoins une recherche robuste.

Image for post

Ce que l’étude a fait et trouvé

Les chercheurs ont réparti au hasard 76 cas confirmés de Covid-19 dans des groupes de calcifédiol oral (50 patients) ou de contrôle sans calcifédiol (26 patients) le jour de l’hospitalisation. Le calcifédiol oral a été administré à des doses élevées à 0,532 mg le premier jour, puis à 0,266 mg le troisième et le septième jour, puis chaque semaine jusqu’à la sortie ou l’admission à l’unité de soins intensifs (USI). Le calcifédiol, également appelé 25-hydroxyvitamine D3, est le principal métabolite (effecteur) de la vitamine D3.

Tous les patients ont également reçu les meilleurs soins standard disponibles à ce moment-là, à savoir l’hydroxychloroquine plus l’azithromycine. A noter que cette étude a été menée il y a quelques mois alors que l’hydroxychloroquine n’a pas encore été prouvée comme inefficace pour la Covid-19, ont admis les auteurs de l’étude.

Les résultats ont révélé que 13 des 26 patients (50%) du groupe témoin ont été admis aux soins intensifs et que deux sont décédés à la fin. Dans le groupe calcifédiol, un seul sur 50 (2%) a dû être admis aux soins intensifs et aucun n’est décédé.

Le groupe calcifédiol et le groupe témoin avaient des caractéristiques de base similaires en termes d’âge, de sexe, de comorbidités (maladies pulmonaires, cardiovasculaires et rénales, diabète de type 2 et immunosuppression) et de biomarqueurs cliniques de la gravité de la maladie (taux d’oxygène, protéine C-réactive, interleukine-6, ferritine, D-dimère, lactate déshydrogénase et numération des lymphocytes). La seule différence est que le groupe témoin avait une prévalence d’hypertension plus élevée que le groupe calcifédiol (57,69% contre 24,19%).

Les résultats ont révélé que 13 des 26 patients (50%) du groupe témoin ont été admis aux soins intensifs et que deux sont décédés à la fin. Dans le groupe calcifédiol, un seul sur 50 (2%) a dû être admis aux soins intensifs et aucun n’est décédé. Ces résultats étaient statistiquement significatifs, équivalant à une réduction de 93% des chances d’admission aux soins intensifs après ajustement pour tenir compte des facteurs de confusion possibles (par exemple hypertension).

«Notre étude pilote a démontré que l’administration d’une dose élevée de calcifédiol… réduisait considérablement le besoin de traitement en USI (Unité de Soins Intensifs) des patients nécessitant une hospitalisation en raison de la Covid-19 démontrée», ont conclu les auteurs de l’étude. «Le calcifédiol semble être en mesure de réduire la gravité de la maladie, mais des essais plus importants avec des groupes correctement appariés seront nécessaires pour apporter une réponse définitive.»

Image for post

Quelques questions supplémentaires sur l’étude

1) Qu’est-ce que l’étude ne nous dit pas?

Tous les patients ont reçu des soins standard. Ainsi, on ne sait pas si le calcifédiol serait efficace seul. Et le calcifédiol est un médicament utilisé pour traiter les problèmes de parathyroïde, il est donc difficile de savoir si une supplémentation normale en vitamine D produirait le même effet.

Le calcifédiol est également 3,2 fois plus efficace que les suppléments de vitamine D3 native pour restaurer les faibles taux sanguins de vitamine D3.

Les chercheurs n’ont pas non plus mesuré les niveaux de vitamine D3 des patients, mais ils étaient probablement déficients sur la base de données démographiques antérieures. Pourtant, il reste une incertitude si les niveaux de vitamine D3 affecteraient l’efficacité du traitement au calcifédiol pour la Covid-19. Et d’autres facteurs de confusion possibles dans cette étude que les chercheurs n’ont pas mesurés sont l’obésité, l’appartenance ethnique et le statut socio-économique.


2) Pourquoi le calcifédiol par rapport à la vitamine D3 native ?

Le calcifédiol est le véritable effecteur hormonal de la vitamine D3. Au contact des rayons du soleil (spectre UV-B), la peau produit de la vitamine D3, qui peut également être prise en complément. Le foie convertit ensuite la vitamine D3 en 25-hydroxyvitamine D3, également appelée calcifédiol ou calcidiol, qui a des effets étendus sur le système immunitaire et d’autres systèmes physiologiques. En ce sens, le calcifédiol est un meilleur biomarqueur pour les réserves de vitamine D3 du corps.

Le calcifédiol est également 3,2 fois plus efficace que les suppléments de vitamine D3 native pour restaurer les faibles taux sanguins de vitamine D3. Parce que la vitamine D3 normale doit d’abord subir un traitement hépatique, ce qui n’est pas nécessaire pour le calcifédiol. Un autre avantage du calcifédiol est son taux d’absorption intestinale plus élevé.

Source (CC BY): Šimoliunas et al. (2019). Biodisponibilité de différents suppléments oraux de vitamine D dans un modèle animal de laboratoire.

3) L’étude est-elle conforme aux preuves cliniques antérieures?

L’essai clinique espagnol a fourni les preuves les plus solides à ce jour que la thérapie à la vitamine D3 pourrait fonctionner pour la Covid-19. Ces résultats soutiennent des études de cohorte et d’observation antérieures qui ont trouvé de faibles taux de vitamine D3 (calcifédiol) dans le sang comme facteur de risque indépendant d’une Covid-19 sévère, comme discuté davantage ici : Low Vitamin D Levels as a Risk Factor for Greater Covid-19 Severity.

Un faible statut en vitamine D3 augmente non seulement le risque d’une plus grande gravité de la Covid-19, mais également d’un diagnostic positif. Dans un article publié en septembre dans JAMA Network Open impliquant 489 patients atteints de la Covid-19, ceux qui avaient probablement une carence en vitamine D3 avaient un risque 1,77 fois plus élevé d’être testés positifs pour la Covid-19 que ceux dont les taux étaient probablement suffisants. Le terme «probable» est utilisé parce que les niveaux de vitamine D3 ont été mesurés un an avant le test pour la Covid-19.

Ce résultat concorde avec un article publié précédemment dans Nutrients en avril 2020 où les enquêteurs ont constaté que, sur un échantillon de 107 cas de Covid-19 en Suisse, les personnes testées positives avaient des niveaux de vitamine D3 significativement plus faibles (médiane 11,1 ng / ml) que celles testées négatives ( 22,0 ng / ml) pour le SRAS-CoV-2. Et la mesure de la vitamine D3 a été effectuée trois jours après le test.


4) Comment la vitamine D3 aide-t-elle à combattre la Covid-19 ?

D’un point de vue mécaniste, la vitamine D3 et la Covid-19 visent toutes deux des systèmes physiologiques similaires, à savoir le système rénine-angiotensine (RAS) et le système immunitaire.

Une percée récente a révélé que la Covid-19 tue par une tempête de bradykinine, en plus de la tempête de cytokines. Le RAS régule la pression artérielle et le volume de liquide et décompose la bradykinine. Selon l’hypothèse de la bradykinine, le SARS-CoV-2 dérégule le RAS via son interaction avec le récepteur de l’enzyme de conversion de l’angiotensine 2 (ACE2). Cela conduit à l’accumulation de bradykinine, ce qui provoque des fuites sur les vaisseaux sanguins. Cela pose des conséquences multi-organes ; par exemple, il provoque une fuite de liquide et de cellules immunitaires dans les poumons et la dégradation de la barrière hémato-encéphalique.

D’un point de vue mécaniste, la vitamine D3 et le Covid-19 visent toutes deux des systèmes physiologiques similaires, à savoir le système rénine-angiotensine (RAS) et le système immunitaire.

L’équipe de recherche qui a formulé l’hypothèse de la bradykinine propose alors la vitamine D comme traitement potentiel de la Covid-19. En effet, la vitamine D est l’une des très rares hormones qui régule le RAS et empêche l’accumulation de bradykinine. La vitamine D agit également comme un immunomodulateur qui maintient l’inflammation à distance tout en soutenant les fonctions des Lymphocyte B et des Lymphocyte T, qui sont essentielles pour combattre les infections et générer une mémoire immunologique.

Image for post

Résumé court

Enfin, il existe un essai clinique pilote, contrôlé et randomisé, qui soutient la thérapie par la vitamine D3 pour la Covid-19. Le calcifédiol oral (le principal métabolite de la vitamine D3) a réduit le risque d’admission aux soins intensifs de 93% par rapport à l’absence de calcifédiol chez les patients atteints de la Covid-19. Plus précisément, 50% des patients du groupe témoin ont été admis en Unité de Soins Intensifs et deux sont décédés à la fin. Mais seulement 2% des patients recevant du calcifédiol ont dû être admis à l’USI et aucun n’est décédé.

Cet essai clinique soutient les preuves antérieures selon lesquelles un faible statut en vitamine D3 augmente le risque de diagnostic plus sévère de la Covid-19 et de cas positif pour la Covid-19. De plus, mécaniquement parlant, il n’y a aucune raison pour laquelle la vitamine D3 ne pourrait pas être utile. La vitamine D3 régule le RAS et le système immunitaire, qui sont tous deux des déterminants essentiels de la façon dont on répond à la Covid-19.

Écrit par
Shin Jie Yong
Auteur académique publié;
20 ans ; troisième cycle en neurobiologie en Malaisie;
50+ articles sélectionnés sur Covid;
soutenez-moi sur ko-fi.com/shinjieyong;
shinjieyong@gmail.com

No Comments Yet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *